1/ MODALITES

  • ARTICLE 1 : L’entrée en première année est ouverte aux étudiants titulaires du baccalauréat de l’année du Concours (« année n ») et de l’année n-1.
  • ARTICLE 2 : Un nombre total de 1000 places environ est proposé chaque année, réparties entre les IEP participants. Les candidats doivent obligatoirement, dans la perspective de leur admission sur liste principale ou de leur inscription sur liste complémentaire, classer tous les IEP par ordre de préférence. Les lauréats sont admis dans un IEP en fonction de leurs choix préférentiels et de leur rang de classement. . Tout candidat admis doit, pour être intégré, avoir classé les deux campus de Sciences Po Lyon. Un ordre préférentiel spécifique sera à renseigner par tous les candidats entre le campus de Lyon et le campus de Saint-Etienne. L’IEP de Lyon procédera de son côté à l’affectation des étudiants admis, sur l’un des deux campus.
  • ARTICLE 3 : Les épreuves sont communes (durée, coefficients, sujets). Elles se déroulent à l’écrit et sont notées sur 20. Il n’y a pas de note éliminatoire. L’admission est donc prononcée sur la base de 3 notes et 8 coefficients, soit 160 points.

L’examen d’entrée est organisé sur une journée et comporte trois épreuves :

1. Une épreuve écrite de questions contemporaines sous la forme d’une dissertation avec deux sujets au choix, portant sur des thèmes rendus publics à la rentrée universitaire précédant le concours (durée 3h, coefficient 3) ;
2. une épreuve écrite de langue vivante parmi les suivantes : anglais, allemand, espagnol ou italien (durée 1h30, coefficient 2). L’épreuve est constituée de trois parties : compréhension écrite, synonymes et essai.
3. une épreuve écrite d’histoire sous la forme d’une dissertation à partir d’un sujet unique (durée 3h, coefficient 3). Le programme est : Le monde, l’Europe et la France de 1945 à nos jours.

Toute absence à l’une des trois épreuves écrites est éliminatoire.

La note 0/20 sera attribuée au candidat qui ne composera pas dans la langue vivante choisie.

  • ARTICLE 4 : Les candidats doivent s’inscrire sur le site internet du concours commun dans les délais fixés par les IEP. Aucune inscription ne pourra être prise en compte après la date indiquée sur le site internet.
  • ARTICLE 5  : Les candidats doivent payer des droits d’inscription qui s’élèvent à 180 €. Les droits d’inscription des étudiants bénéficiaires d’une bourse nationale du second degré ou de l’enseignement supérieur (bourses délivrées par le CROUS ou par le gouvernement français pour les étudiants étrangers) s’élèvent à 60 €, à condition d’envoyer au service des concours de l’IEP d’affectation une copie de la notification d’attribution définitive de l’année en cours avant la date limite fixée par les IEP. Les notifications conditionnelles ne sont pas acceptées. Toute inscription non suivie de l’envoi de l’avis de bourse ne sera pas validée.

Les frais d’inscription ne sont pas remboursables, quel que soit le motif. Ils sont dus, que les candidats participent ou non aux épreuves. Les modalités de paiement sont précisées sur le site internet durant l’opération d’inscription.

  • ARTICLE 6 : Un aménagement pourra être accordé aux étudiants après l’envoi d’un certificat médical délivré uniquement par un médecin désigné par la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH). Celui-ci doit être envoyé à l’IEP avant la clôture des inscriptions (cachet de la poste faisant foi). Pour obtenir ce certificat, les candidats, élèves du second degré, ou les élèves de classes préparatoires doivent effectuer la demande auprès du médecin intervenant dans l’établissement fréquenté.

Les candidats relevant des universités doivent s’adresser au médecin du Service Universitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé (SUMPPS), conformément à la circulaire MEN n° 2006-215 du 26/12/06.

  • ARTICLE 7  : L’étudiant admis à s’inscrire définitivement à l’issue des épreuves ne pourra pas garder le bénéfice de son inscription pour l’année suivante.
  • ARTICLE 8  : Les résultats de l’examen sont proclamés sous réserve de la production par le candidat admis de l’ensemble des documents nécessaires à son inscription (notamment les documents attestant de l’obtention du baccalauréat et de son année d’obtention). Toute erreur, omission, inexactitude ou fraude donnera lieu à déchéance du bénéfice du concours.
  • ARTICLE 9 : Les candidats passeront l’examen, dans la mesure du possible, dans la ville de l’IEP le plus proche du lieu de résidence renseigné lors de la préinscription. Ils prendront connaissance de leur centre de concours au cours de la procédure d’inscription sur le site www.sciencespo-concourscommuns.fr.

Les candidats de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane, de La Réunion, de Polynésie Française et de Nouvelle-Calédonie passeront le concours sur place (respectivement à Point-à-Pitre, Fort-de-France, Cayenne, Saint Denis de la Réunion, Tahiti et Nouméa).

Des sites d’examen sont ouverts pour les candidats des lycées français de l’étranger et les candidats locaux. La liste des sites est établie par convention avec l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE).

  • ARTICLE 10 : Seules les données numériques enregistrées dans l’application du concours commun font foi. Aucune donnée qui n’y serait pas enregistrée, ne pourra être utilisée ou présentée par le candidat. En conséquence, il est fortement recommandé de vérifier systématiquement les données saisies par des connexions régulières au dossier de candidature.

2/ ACCES AUX SALLES D’EXAMEN

  • ARTICLE 11 : Ne peuvent accéder à la salle d’examen que les candidats munis d’une pièce d’identité (carte d’identité, passeport, permis de conduire) et de leur convocation.
  • ARTICLE 12 : Avant de rejoindre leur place, les étudiants doivent se dessaisir de tout livre,
    document ou objet non autorisé pendant le déroulement de l’épreuve.
  • ARTICLE 13 : Pendant la durée des épreuves, les téléphones ou appareils électroniques à mémoire sont strictement interdits. Ils doivent être éteints et laissés à l’entrée de la salle.
  • ARTICLE 14 : Aucun étudiant ne sera autorisé à pénétrer dans la salle d’examen une fois que la
    composition aura débuté (conformément à la circulaire du ministère de l’Education Nationale n°
    2011-072 du 3 mai 2011).

3/ EMARGEMENT

  • ARTICLE 15 : Les étudiants doivent obligatoirement signer la liste d’émargement.

4/ SORTIE DE LA SALLE D’EXAMEN

SORTIE PROVISOIRE :

  • ARTICLE 16 : Les étudiants qui souhaitent sortir temporairement de la salle ne pourront le faire que séparément et accompagnés par un surveillant. Les horaires de sortie seront affichés dans chaque centre.

Aucune sortie n’est autorisée avant la fin de la première heure.

SORTIE DEFINITIVE :

  • ARTICLE 17 : Les étudiants ne pourront quitter définitivement la salle d’examen qu’une heure au plus tôt après le début de l’épreuve.

5/ COPIES

  • ARTICLE 18 : Elles sont obligatoirement remises au surveillant et non laissées sur les tables.
  • ARTICLE 19 : Tout étudiant présent doit obligatoirement remettre une copie, même s’il s’agit d’une copie blanche.
  • ARTICLE 20 : Une fois la durée autorisée pour l’épreuve écoulée, l’étudiant doit obligatoirement remettre aussitôt sa copie. En cas de refus, l’étudiant est considéré comme n’ayant pas composé. Dès qu’il a rendu sa copie, l’étudiant n’est plus autorisé à la consulter, ni à y insérer un document. Toute sortie est définitive.
  • ARTICLE 21  : Il est strictement interdit d’apposer un signe distinctif sur les copies. Les codes- barres doivent être obligatoirement collés sur la copie. En cas d’impossibilité d’identifier l’auteur de la copie (exemple : code-barre manquant), la note 0/20 sera attribuée.

6/ DISCIPLINE

  • ARTICLE 22 : Tout étudiant perturbant le bon déroulement des épreuves est aussitôt exclu de la
    salle d’examen et considéré comme défaillant.
  • ARTICLE 23 : En cas de flagrant délit de fraude ou tentative de fraude, les pièces ou matériels permettant d’établir la réalité des faits sont saisis et soumis à une commission commission de discipline spécifique, instituée par arrêté du Président du jury, qui prendra toute décision à l’encontre du ou des candidats. En cas de litige n’ayant pu faire l’objet d’un accord à l’amiable, seul le Tribunal Administratif du lieu des épreuves est compétent.